PROJET

PANTHERE-BANNIERE

Animal Kingsland est une série photographique, réalisée depuis plusieurs années à travers différents paysages et études photographiques auprès d’animaux. Elle se définit comme une approche sauvage de nos paysages urbains modernes. Comment l’animal peut-il se réapproprier le milieu urbain ? L’homme est absent. Les vestiges de l’humanité ont presque tous disparus.
Je choisis mes paysages comme des décors de cinéma où les animaux pourront y trouver leur rôle. Ils ne sont pas représentés dans des poses victorieuses ou agressives souvent dictées par l’homme. Ils sont saisis dans une instantanéité, un naturel dont il se dégage une certaine mélancolie d’un paradis perdu. Je tiens à laisser ouverte ce qui s’est passé avant ou ce qui va se passer après. J’aime l’idée de laisser une part d’imagination au spectateur qu’il puisse recoller les morceaux de l’histoire.

Le lien avec les modifications du climat est évident mais le questionnement est peut-être plus profond. Quel rapport entretenons-nous avec le sauvage et le monde animal ?